Si Cœur d’Ostrevent est parfois noir, avec son histoire minière, il est aussi vert ! La forêt de Marchiennes en est le poumon, naturel et préservé.

800 hectares de bois et de sentiers, de mares et de balades pour se déconnecter avec la ville et le quotidien, pour marcher, respirer, se perdre (pas trop quand même !) et se trouver (toujours !).

Le poumon vert du Nord

Bienvenue en Forêt de Marchiennes… Depuis le Moyen-Âge où les moines bénédictins exploitaient ces bois voisins de leur abbaye formidable et hélas disparue, ces quelques 800 hectares sont repères d’arbres élancés, d’animaux en liberté et de sentiers où se perdre.

Qui a dit que le Nord n’était pas une région de forêts ? Il est vrai que notre département est en queue de classement des territoires français avec seulement 7 % de surfaces boisées. Une raison de plus pour profiter de l’ombrage bienvenu des arbres centenaires de la forêt de Marchiennes. Petite visite guidée et mode d’emploi d’un lieu rare !

Centenaire ? C’est peu, me direz-vous. Et bientout simplement parce que la forêt fut détruite durant la Première Guerremondiale, comme tant d’autres lieux alentour, et fut replantée en 1920 avec autitre des dommages de guerre versés en réparation.

La géographie du site, son histoire, sont issues de ces plantations des années 1920. Mais assez parlé ! On boucle nos lacets, on saisie saisit un bâton et… « En avant, marche ! » .

35 kilomètres de sentiers pour tous les passionnés de nature

Des sentiers de randonnée, à foison. Du GR 121 qui fait une boucle géante au cœur des arbres aux sentiers départementaux qui explorent les profondeurs des bois. De 3,5 km à 7 km, il y en a pour toutes les troupes. Les plus courageux pourront explorer la voie verte Scarpe-Escaut qui traverse la forêt de part en part et poursuivre la visite du Parc Naturel Régional.

Vous ferez attention car ces sentiers sont souvent sur des routes forestières encore en activité. Oui, une forêt est aussi là pour produire du bois. On l’oublie parfois ! Alors respectez bien les consignes et faites attention si vous croisez un engin.

Mais, la plupart du temps, vous n’aurez qu’à choisir entre « nez au vent » ou « regardez vos pieds » !
Nez au vent, vous profiterez des arbres, premiers habitants du domaine. Des chênes centenaires, dont les « glandées » naturelles prennent 6 à 7 années pour faire un bébé chêne. Des châtaigniers et des tilleuls si appréciés des abeilles voisines et grandes amatrices de leurs fleurs pour le miel de Cœur d’Ostrevent. À certains endroits, des concentrations de pins sylvestres plantés après la Grande Guerre, ailleurs des bouleaux… levez la tête et ouvrez les yeux, vous les reconnaitrez tous !

Forêt de Marchiennes classée Natura 2000

Maman oiseau pic noir qui nourrit ses deux petits

Mais n’oubliez pas de regarder à vos pieds… Parce que notre forêt est parsemée de quelques 350 mares d’une grande fragilité et d’une grande richesse. Celles-ci ont largement contribué au classement en site Natura 2000 et accueillent secrètement des mésanges, des pics ou des batraciens comme le fameux « triton crêté », star protégée des lieux.

Alors, entre nez au vent et prudence attentive, vous explorerez les coins et recoins de la forêt ancienne propriété de l’Abbaye de Marchiennes. La fameuse auberge de La Croix ou Pile, sa route forestière superbe et rectiligne, les mares cachées et silencieuses, les allées cavalières, les maisons forestières… Perdez-vous dans ces 800 hectares, perdez-vous pour le bonheur incroyable d’une futaie généreuse, de fougères géantes, d’un coassement tranquille ou d’un simple silence à partager.

Pour poursuivre votre exploration plus au sud, vers la tourbière de Vred, vers les bords de la Scarpe, vers Rieulay et son terril plat. Poursuivez, explorez, goûtez, parlez, partagez… Partout, nous vous promettons de belles rencontres et des découvertes joyeuses.